Imposante seigneurie dès le XIIe siècle, Lucheux demeure l’unique commune de Picardie à conserver encore les trois édifices symboles de la société française médiévale : le château-fort, le beffroi et l’église.

La place du Beau-Bourg possède également les plus anciennes maisons du village, construites dans un style “briques et pierres”, très en vogue aux XVIIe et XVIIIe siècles. La plupart ont conservé leurs caves médiévales dont l’entrée donne sur l’extérieur.

Amusez-vous à retrouver les dates de construction des bâtisses grâce aux ancres de poutres en fer forgé visibles sur les façades ou les pignons.


Le château-fort

Le château, édifié en 1120 par Hugues de Campdavaine (Comte de Saint-Pol), est un véritable témoin de l’architecture militaire médiévale. Détruit à plusieurs reprises par les troupes anglaises, bourguignonnes et espagnoles, il fut définitivement démantelé sous le règne de Louis XIII. D’importants vestiges sont encore présents dans le parc : la façade de la salle d’apparat du XIIIe siècle (comparable à la salle des Etats Généraux du château de Blois), la chapelle castrale (détruite au milieu du XXe siècle), les tours de défense face à la forêt, l’imposant donjon de 35 mètres (appelé « tour plombée » au XIIIe siècle) et les deux portes : la porte du Bourg, flanquée de deux tours et celle dit du “Haut-Bois”, dotée d’un important système défensif du XIIe siècle appelé “mâchicoulis sur arcades”.

Le Beffroi

Reconnu par l‘UNESCO depuis 2005, est un rare exemple de beffroi-porche. C’est en 1201 que les Luchéens obtiennent leur charte communale leur permettant d’élever le Beffroi, symbole du pouvoir communal. L’échevinage (ancêtre de la mairie) y prendra les décisions importantes de la bourgade. Construit vers 1380 sur l’ancienne porte des remparts de la cité (XIIe siècle), le beffroi s’habille d’une silhouette et d’une architecture atypiques et uniques dans le nord de la France.

L’église Saint-Léger

Elevée en 1140, l’église Saint-Léger est l’un des rares témoignages de l’architecture romane dans le département de la Somme. Elle jouxtait un prieuré bénédictin installé en 1095, disparu aujourd’hui. L’église est dédiée au martyr Saint Léger, décapité au VIIe siècle en forêt de Lucheux. D’architecture romane, la nef reprend les grands principes cisterciens: piliers massifs, décoration des chapiteaux à godrons pure et arcades en plein cintre. Le pavé originel, en pierre de Tournai, nous transporte dans la magnificence de l’édifice. Le chœur est richement décoré par des chapiteaux historiés, aux représentations humaines, diaboliques, animales et végétales. De très beaux vitraux représentent Saint Léger ainsi que les armoiries des anciens seigneurs de Lucheux.Ouverte tous les samedis de 14h00 à 15h00 par l’association «Les Amis de Saint Léger»

Le Couvent des Carmes

Ce couvent du XVIIIe siècle nous vient des Pères Carmes, installés depuis le XVe siècle en forêt de Lucheux. Inquiets du danger émanant des nombreuses invasions, ils sollicitèrent la protection des Luchéens. Les villageois leurs offrirent l’ancienne maladrerie au pied du beffroi, avant de les chasser lors de la Révolution française. Devenu dès lors un bien privé, la commune récupéra ce magnifique édifice grâce à la générosité de la dernière propriétaire qui offrit à Lucheux une nouvelle mairie.

Arbre aux épousailles

À la sortie de l’église, les jeunes mariés, sous un drap tendu, se dirigeaient vers la place du Jeu-de-Tamis. Là se trouvent deux tilleuls âgés de trois cents ans, soudés en un seul tronc, avec un creux au centre qui forme une porte difficile à passer sans quelques étirements. Le premier des deux mariés qui parvenait à la franchir devenait, dit-on encore, “le maître du ménage”. Et les jeunes femmes ayant la taille et les épaules plus fines que leurs jeunes époux passaient en général les premières au grand dam de leurs belles-mères.Un dicton populaire dit : « Premier passé, maître sera »

Chapelle Saint-Léger

À un kilomètre et demi du village, nichée dans la forêt, une chapelle a été érigée au lieu où l’évêque d’Autun aurait été exécuté le 2 octobre 678. À l’intérieur, une fresque représente son supplice. L’actuelle chappelle a été réalisée en 1989, car détruite à plusieurs reprises lors de sa longue vie …

La forêt de Lucheux / l’allée royale

Cette voie de 4 kilomètres cachée dans la forêt était autrefois beaucoup plus longue, et reliait Amiens à Therouanne en passant par le domaine royal de Lucheux. C’était autrefois l’une des routes les plus importantes du Nord de la Gaule.C’est à ce jour la seule voie du Domaine de Lucheux qui est accessible aux piétons et aux touristes. Le bois et ses layons sont privés, actuellement réservés aux chasseurs et aux propriétaires du chateau. Les jours de chasse sont affichés à l’entrée de la forêt ou consultable via la page randonnées de ce site.

Visites guidées en juillet-août

Découvrez l’histoire de cette cité médiévale et de ses monuments lors d’une visite guidée proposée par

l’Office de Tourisme du Territoire Nord Picardie Départ des visites, place du Beau-Bourg (face au Beffroi)

Mercredi et samedi à 14h30 Réservation conseillée au 03.22.32.54.52 / durée : 1h30 / tarif : 6€/ Maximum 15 personnes (Respect des gestes barrières)

Pour tous renseignements, contacter l’Office de Tourisme Du Terrtoire Nord-Picardie (situé à Doullens)

www.tourisme-territoirenordpicardie.com